Le Fleuve détourné

auteur:Rachid MIMOUNI

[…] Un vieillard était assis à l’ombre du pont. Je descendis le saluer. Je lui demandai pourquoi on construisait des ponts sur des rivières mortes.
– Des planificateurs arrogants et lointains ont quadrillé leurs cartes de traits rectilignes et puissants, à l’encre de Chine, indélébile, de façon à rendre leurs projets définitifs et l’option irréversible. Mais le fleuve coulait ailleurs, serein et libre.

Titres du même auteur:

Les Chroniques de Tanger
Une paix à vivre
Tombéza