Le sanglier d'hippone

auteur:HOUSSINE Mourad Salim

Au début de l’année 1962 dans la région de Saida, un groupe (faoudj) de l’ALN aidé par des
moussebilines de l’OCFLN (organisation civile du FLN) capture plusieurs harkis du tristement célèbre
Commando Georges5, unité levée par l’état-major de Bigeard et composée de plusieurs centaines de
supplétifs musulmans volontaires pour combattre auprès de l’armée française. Ils sont aussitôt mis à
mort devant la population locale et l’un d’eux le sera par un légionnaire déserteur dénommé « Metzger »…
à la baïonnette.
Quelques semaines plus tard, le même groupe, une dizaine d’hommes portant barbes hirsutes, les yeux
rougis par la fatigue et l’alerte perpétuelle, attend tapi derrière des fourrés rocailleux de touffes alfatières
sous le couvert végétal d’une forêt de cèdres
centenaire.
Les oiseaux s’arrêtent de gazouiller tout à coup et s’envolent rapidement vers le sud… Quelques minutes après apparaît le premier groupe de paras de la Légion (REP6) ; il prend position au pied d’une colline boisée de pins d’Alep en aval de la forêt de cèdres qui habille le djebel jusqu’à sa cime et certainement au-delà sur son versant sud que doit escalader une autre section de légionnaires pour cerner et fondre sur la poche de l’ALN, empêchant
ainsi tout décrochage et repli vers l’Oued Tiffrit et les cascades du même nom pour rejoindre encore plus au
sud les monts des Hassasnas qui culminent jusqu’à 1339 mètres d’altitude et qui mettraient hors de portée
utile les djounouds7 de l’ALN des frappes des appareils de l’ALAT8 gênée par la densité de milliers
de cèdres et thalwegs naturels… Seul le grésillement du poste radio ANGRC 9 se fait entendre. L’opérateur doit sûrement informer le P. C. de Saïda que les « fells » ont été repérés. Le sous-lieutenant Alain rejoint par bonds successifs le groupe à terre et scrute à la jumelle le secteur d’en face.
– « Mon lieutenant, les fellaghas sont partout et nulle part ! On nous a dérangés encore une fois pour rien ! » lance dans un accent alsacien un gars de la trentaine.

Titres du même auteur:

Terriens, réveillez-vous !
LE TRAQUENARD DE POITIERS